• Q : Est-il permis à un père d’obliger sa fille à se marier avec une personne qu’elle ne désire pas ?

     

     

    R : Ni le père, ni aucune autre personne ne peut obliger une femme sous sa tutelle à se marier avec un homme qu’elle ne désire pas.

    L’accord de la femme est obligatoire car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a dit :

    « On ne peut marier la femme qui a déjà contracté un mariage qu’après avoir eu son accord explicite, et on ne peut marier la femme vierge qu’après l’avoir consultée. »

    Quelqu’un demanda alors : « Ô Messager d’Allah ! Comment manifeste t-elle son consentement ? »

    Il dit : « En observant le silence ».

    Il dit dans une autre version : « Son silence équivaut à son consentement. »

    Et dans une troisième version, il dit : « La femme vierge doit être consultée par son père, et son silence a valeur de consentement. »[1]

    Il est donc obligatoire pour le père de consulter sa fille au sujet de son mariage à partir de l’âge de neuf ans. De même, ses tuteurs ne peuvent la marier qu’après avoir eu son autorisation. Ceci est le devoir de tous.

    Celui qui marie une femme sans son autorisation, alors le mariage est caduc, car le consentement des deux époux est l’une des conditions du mariage. Si la femme est mariée sans son accord, sous la menace ou en étant battue, alors le mariage n’est pas valable.

    Cependant, le père, particulièrement, peut marier sa fille n’ayant pas encore atteint l’âge de neuf ans, selon l’avis le plus correct des savants. En effet, le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a épousé cÂ’îsha sans son autorisation avant ses neuf ans, comme il est rapporté dans un hadith authentique.[2]

    Il est du devoir du mari, s’il est au courant du refus de la femme, de ne pas avancer dans les procédures du mariage, même si le père de celle-ci lui facilite les choses. Il doit craindre Allah et ne pas accepter une femme qui ne veut pas de lui, même si son père prétend qu’elle n’est pas forcée. Il est de son devoir de s’éloigner de ce que Allah lui a interdit, car le Prophète, prière et salut d’Allah sur lui, a ordonné de demander la permission à la fille.

    Par ailleurs, nous conseillons à la femme qu’on demande en mariage de craindre Allah, et d’accepter l’opinion de son père s’il désire la marier et si le prétendant à son mariage est un bon croyant et qu’il a une bonne moralité.

      En effet, ce genre de mariage comporte un immense bienfait et un profit, et le célibat est un grand danger. Nous conseillons à toutes les filles d’accepter de se marier lorsque des hommes doués de qualités se présentent à elles, et de ne pas donner comme prétexte les études ou l’enseignement ou autre chose.

    Et Allah est le Garant de la réussite. Fatwa de Cheikh Ben Baz Fatwas concernant les femmes, pages 55 et 56.

    [1] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5136), et par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1419 et 1421).

    [2] Rapporté par Al-Bukhârî dans le chapitre du mariage (n°5133 et 5134) et par Muslim dans le chapitre du mariage (n°1422). 

    copié de fatawaislam





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique