• Article du jour

    Les Musulmans doivent

    régler leurs comptes avant que la mort ne les surprenne

     

    Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

    « Celui qui a commis une injustice envers son frère dans l'honneur ou autre qu'il règle cela avec lui aujourd'hui avant qu'il n'y ait plus de dinar ni de dirham.

    Si il a des bonnes actions elles lui seront prises au niveau de son injustice et si il n'a pas de bonnes actions alors on prendra des péchés de son compagnon qui seront mis sur lui (*) ».

    (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2249)

    (*) C'est à dire que c'est comme cela que la justice sera établie entre les gens le jour du jugement.

    عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : من كانت له مظلمة لأخيه من عرضه أو شيء فليتحلله منه اليوم قبل أن لا يكون دينار ولا درهم إن كان له عمل صالح أخذ منه بقدر مظلمته وإن لم تكن له حسنات أخذ من سيئات صاحبه فحمل عليه (رواه البخاري في صحيحه رقم ٢٢٤٩)

    copié du site hadithdujour.com

     

    Résultat de la recherche Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ'>Premier groupe>Quinzième volume: (Transactions 3)>

    Avis religieux

    sur le travail chez celui qui pratique l'usure

     

     

    La Fatwa numéro ( 14839 )

    Q: Je travaille en qualité de comptable dans une société d'assurance en Egypte - assurance vie - depuis 1981 à ce jour. Je perçois un salaire mensuel auquel s'ajoutent des primes mensuelles, des bonus et des primes annuelles.

    Quel est, premièrement, l'avis de la religion au sujet du travail dans ce secteur d'activité et deuxièmement, l'avis de la religion au sujet des salaires perçus?

    Si ces rémunérations sont illicites, quel est l'avis de la religion au sujet des sommes que j'ai économisées à l'effet de faire le pèlerinage ou de les dépenser dans le sentier d'Allah?

    Je demande à Allah, Le très Haut et Le Tout-Capable de vous permettre de me répondre rapidement; car je suis dans l'embarras et dans l'inquiétude.

    Qu'Allah vous rétribue pour nous et pour tous les musulmans, de la meilleure façon. Que la paix, la miséricorde et les bénédictions d'Allah soient sur vous.

    R: Premièrement: L'assurance-vie est une assurance commerciale et cela est illicite, compte tenu de ce qu'il comporte comme ignorance, détournement, consommation des biens des autres illégalement.

    Le travail dans ce type de société n'est pas permis, car il comporte une entraide dans l'accomplissement du péché alors qu'Allah l'a interdit dans Sa parole suivante:

    Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression.

    ( Numéro de la partie: 15, Numéro de la page: 9)

    Deuxièmement: Les salaires et les rémunérations que vous avez perçus avant de savoir que cela est interdit, vous sont licites car Allah, Le Très-Haut, a dit:

    Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu'il a acquis auparavant; et son affaire dépend d'Allah.

    Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons. Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') Membre Vice-président Président `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

    copié du site alifta.com

     

    es fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ'>Premier groupe>Premier volume (Dogme 1)>Les dogmes religieux>Le polythéisme mineur>

    Comment se débarrasser de l'ostentation

     

    La fatwa numéro ( 8855 ) :

    Q: Que doit faire une personne qui veut apprendre et acquérir la science, appliquer son savoir, et l'enseigner aux autres, mais qui craint toutefois que ceci soit un acte d'ostentation, bien qu'elle soit au courant du "Hadith" du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), qui menace de châtiment

    ( Numéro de la partie: 1, Numéro de la page: 773) celui qui ne diffuse pas son savoir.

    Comment déceler la nuance entre un acte fait pour Allah et une ostentation ? Cette personne est perplexe et ne sait plus quoi faire. Comment peut-on éviter l'ostentation et assurer la sincérité de son œuvre?

    R: Il faut que tu sois sincère envers Allah, en apprenant, en appliquant et en diffusant ce que tu as appris, et en l'enseignant aux gens.

    Il faut le faire en recherchant la satisfaction d'Allah et Sa récompense au Jour du Jugement Dernier. Evite surtout de faire ceci pour être loué par les gens, ou pour acquérir des biens ou du pouvoir dans cette vie éphémère.

    Toutefois, si par tes actes, tu recherchais la satisfaction d'Allah, et malgré cela tu as obtenu certains biens de cette vie ici-bas que tu n'as jamais recherchés, il n'y a aucun mal, et rien ne nuira à ta sincérité, tout comme le butin de guerre qui est licite aux combattants; il ne diminue en rien le degré de leur sincérité envers Allah; quoiqu'il diminue la récompense de leur "Djihad".

    Qu'Allah vous accorde le succès et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

    Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') Membre Membre Vice-président du Comité Président `Abd-Allah ibn Qa`oud `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

    copié du site alifta.com

     

    Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ'>Premier groupe>Dixième volume: (La Zakât et le jeûne)>Les gens méritant la Zakât>Peut-on rembourser la dette d'une personne pauvre en considérant cela comme u

    La question 3 de la Fatwa numéro ( 1788 )

     

    Q3: Un homme est mort endetté sans laisser d'argent, est-il permis de donner la Zakât pour rembourser sa dette ?

    R3: La règle de base en Islam est que si un musulman respectant les préceptes de sa religion meurt en laissant une dette prise pour ce qui est permis sans laisser d'argent, il est permis de rembourser sa dette de Bayt-al-Mâl (Trésorerie des musulmans) selon ce qui a été rapporté par Al-Boukhârî, Mouslim et d'autres (qu'Allah leur accorde la miséricorde), que le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :

    J'ai plus de droit sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes dans cette vie présente et la vie future, lisez si vous voulez : Le Prophète a plus de droit sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes; Chaque croyant laissant de l'argent, que ses ayants droit l'héritent, et s'il laisse une dette ou une faillite, que cela me revienne, et j'en prendrai la charge

    Dans le cas où il s'avère impossible de rembourser la dette de Bayt-al-Mâl, il est permis de la rembourser de

    ( Numéro de la partie: 10, Numéro de la page: 34)

    la Zakât si le donneur de cette dernière n'est pas le créancier lui-même.

    Le cheikh de l'Islam Ahmad Ibn Taymiyya (qu'Allah lui accorde la miséricorde) a dit dans l'ensemble des fatwas (Majmou` Al-Fatâwâ) pages 79-80 volume 25 :

    "Quant à la dette du mort, il est permis de la rendre de la Zakât selon le plus juste des deux avis des Oulémas, et c'est une des deux variantes rapportées par 'Ahmad car Allah (Exalté soit-Il) a dit :

    ceux qui sont lourdement endettés, et n'a pas dit "et pour ceux qui sont lourdement endettés", car le fait de leur donner de la Zakât n'est pas une obligation."

    A cet effet, il est permis de rembourser sa dette et de le faire en faveur de son héritier et autre, mais le créancier n'a pas à donner de sa propre Zakât en remboursement de la dette dont il espère le remboursement.

    Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons. Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') Membre Membre Vice-président du Comité Président `Abd-Allah ibn Qa`oud `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

    copié du site alifta.com

     

    Deux catégories des occupants de l'enfer

     

    Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

    « Il y a deux catégories des gens de l'enfer que je n'ai pas vu:

    - Des gens qui ont avec eux des fouets comme des queues de vaches avec lesquels ils frappent les gens (1).

    - Des femmes habillées mais qui sont nues (2) qui font pencher les gens et qui elles même penchent (3). Leurs têtes sont comme des bosses de chameau penchées (4). Elles ne rentreront pas au paradis et n'en sentiront pas l'odeur et certes son odeur se sent d'une durée de ceci et ceci ».

    (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°2128)

    (1) Ceci est apparu dans la police de la plupart des pays (il s'agit évidemment de ceux qui font preuve d'injustice).

    (2) C'est à dire qu'elles sont nues malgré qu'elles soient habillées soit parce qu'elles portent des vêtements transparents, soit des vêtements serrés qui montrent la forme des membres, soit des vêtements qui sont trop court et laissent apparaître ce qui devrait être caché comme le haut de la poitrine, les épaules, les avants-bras, le bas des jambes...Ceci s'est généralisé dans certains pays de nos jours.

    (3) C'est à dire qu'elles penchent vers la désobéissance et font aussi pencher vers la désobéissance.

    (4) Le sens est qu'elles grossissent leur têtes avec leurs cheveux soient qu'elles se rajoutent des cheveux.

    Ces explications viennent de l'ouvrage Minnatoul Moun'im Fi Charh Sahih Mouslim du cheikh Safi Rahman Moubarakafouri vol 3 p 421

    عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم: صنفان من أهل النار لم أرهما . قوم معهم سياط كأذناب البقر يضربون بها الناس . ونساء كاسيات عاريات مميلات مائلات . رؤوسهن كأسنمة البخت المائلة . لا يدخلن الجنة ولا يجدن ريحها . وإن ريحها لتوجد من مسيرة كذا وكذا (رواه مسلم في صحيحه رقم ٢١٢٨)

    copié du site hadithdujour.com

     

     

    La pudeur des premières musulmanes

     

    Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    D'après 'Orwa Ibn Zoubayr, 'Aicha (qu'Allah l'agrée) a dit :

    Qu'Allah fasse miséricorde aux premières femmes mouhajirat (1) !

    Lorsqu'Allah a révélé le verset :

    -et qu'elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines- (2),

    elles ont déchiré leurs mourout (3) et les ont utilisé comme voile.

    (Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°4758)

    (1) C'est à dire celles qui ont émigré dans le sentier d'Allah.

    (2) Sourate An Nour n°24 verset 31.

    (3) C'est un type d'habit. عن عروة بن الزبير عن عائشةَ رضيَ اللهُ عنها قالت : يرحمُ اللهُ نساءَ المهاجراتِ الأُّوَلِ لمَّا أنزلَ اللهُ : وَلْيَضْرِبْنَ بِخُمُرِهِنَّ عَلَى جُيُوبِهِنَّ . شقَقْنَ مُروطَهنَّ فاختَمرْنَ بهَا (رواه البخاري في صحيحه رقم ٤٧٥٨)

    D'après 'Orwa Ibn Zoubayr, 'Aicha (qu'Allah l'agrée) a dit :

    Je rentrais dans ma maison dans laquelle a été enterré le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) ainsi que mon père (qu'Allah l'agrée) (*) et j'enlevais mon vêtement et je disais : -Il ne s'agit que de mon mari et de mon père-. Puis quand 'Omar (qu'Allah l'agrée) a été enterré avec eux, je jure sur Allah que je n'y suis pas rentré sans avoir mon vêtement sur moi par pudeur vis-à-vis de 'Omar (qu'Allah l'agrée).

    (Rapporté par Ahmed dans son Mousnad n°25660 et authentifié par Cheikh Albani dans son ouvrage Difa'oun Anil Hadith Nabawi p 96)

    (*) Le père de 'Aicha (qu'Allah l'agrée) était Abou Bakr As Sidiq (qu'Allah l'agrée).

    عن عروة بن الزبير عن عائشةَ رضيَ اللهُ عنها قالت : كنت أدخل بيتي الذي دفن فيه رسول الله صلى الله عليه وسلم وأبي فأضع ثوبي فأقول إنما هو زوجي وأبي فلما دفن عمر معهم فوالله ما دخلت إلا وأنا مشدودة علي ثيابي حياء من عمر (رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ٢٥٦٦٠ و صححه الشيخ الألباني في كتابه دفاع عن الحديث النبوي ص ٩٦)

    copié de hadithdujour.com

     

    Sois dans cette vie

    comme un étranger ou un voyageur

     

    Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

    D'après 'Abdallah Ibn 'Omar (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit :

    « Sois dans cette vie comme un étranger ou un voyageur qui fait une halte et compte ta propre personne parmi les gens des tombes »

    et il m'a dit:

    « Ô Ibn 'Omar ! Le matin ne réfléchis pas au soir et le soir ne réfléchis pas au matin. Et profite de ta santé avant ta maladie et de ta vie avant ta mort car certes tu ne sais pas ô 'Abdallah où tu seras demain (*) ».

    (Rapporté par Al Bayhaqi et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°3341)

    (*) La traduction littérale est -tu ne sais pas quel sera ton nom demain- mais le sens voulu est ce qui a été mentionné.

    عن عبد الله بن عمر رضي الله عنهما قال النبي صلى الله عليه و سلم : كن في الدنيا كأنك غريب أو عابر سبيل وعد نفسك في أصحاب القبور . وقال لي : يا ابن عمر ! إذا أصبحت فلا تحدث نفسك بالمساء وإذا أمسيت فلا تحدث نفسك بالصباح وخذ من صحتك قبل سقمك ومن حياتك قبل موتك فإنك لا تدري يا عبد الله ما اسمك غدا (رواه البيهقي و حسنه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٣٣٤١)

    copié du site hadithdujour

     

     

    Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ'>Premier groupe>Premier volume (Dogme 1)>Les dogmes religieux>

    Le traitement des troubles pyschologiques>L'eau de Zamzam

    ( Numéro de la partie: 1, Numéro de la page: 294)

    ( Numéro de la partie: 1, Numéro de la page: 295)

     

    Traitement pour la maladie psychique

     

     

    ( Numéro de la partie: 1, Numéro de la page: 296)

    La fatwa numéro ( 3828 ) :

    Q: Je suis une jeune fille musulmane pratiquante âgée de vingt ans. Je suis mariée depuis un an et demi à peu près, et grâce à Allah j'ai eu un bébé depuis six mois, d'un accouchement normal.

    Cependant, une semaine après l'accouchement, j'ai ressenti une angoisse profonde que je n'avais jamais ressentie avant, au point que rien ne m'intéresse plus, même pas le bébé. Je suis allée chez un psychiatre qui m'a prescrit des médicaments, et je les ai pris jusqu'à une date récente. Cependant, cela ne m'a pas aidée à revenir à mon état normal d'avant l'accouchement et je me suis lassée de la longue période du traitement.

    Je prie Allah pour qu'Il vous aide à trouver un traitement légitime contre cette angoisse et pour m'indiquer un traitement efficace pour que je revienne à mon état normal et afin que je puisse prendre soin de mon mari et de mon enfant et pour bien m'occuper de la maison.

    D'ailleurs, j'ai déjà entendu ce Hadith: Celui qui boit l'eau de Zamzam qu'il y mette une intention J'aimerais bien que vous m'expliquiez ce hadith et que vous me disiez s'il est applicable à mon état ou s'il concerne seulement des maladies organiques?

    Et si l'eau de Zamzam m'est vraiment utile, si Allah le permet, dans ce cas comment pourrais-je la transporter chez moi? ( Numéro de la partie: 1, Numéro de la page: 297)

    R: Ayez confiance en Allah, abandonnez-vous à Lui en vous en remettant entre Ses mains et ne perdez pas espoir en Sa clémence, Sa grâce et Sa bienfaisance; car Allah, Exalté soit-Il, n'a pas créé de maladie sans remède. Aussi, vous devez mettre en œuvre, c'est-à-dire, il faut les moyens licites pour parvenir à la guérison, c'est-à-dire continuer à consulter les médecins spécialistes pour diagnostiquer la maladie et bien la traiter.

    En plus, prononcez sur vous-même les sourates, Al-Ikhlâs, Al-Falaq, An-Nâs trois fois, en soufflant dans les mains après chaque fois, ensuite essuyez le visage et toute partie que vous pouvez atteindre de votre corps. Répétez cela plusieurs fois jour et nuit et avant le sommeil. Récitez également la sourate Al-Fâtiha à n'importe quelle heure pendant la journée ou le soir, et lisez le verset d'Al-Koursî dans votre lit, avant de dormir.

    Cela est la meilleure Roqya (récitation du Coran et des supplications sur les malades à la recherche de la guérison) avec laquelle l'homme peut se protéger contre le mal.

    Il faut aussi implorer Allah par l'invocation concernant l'angoisse en disant:

    Il n'y a de divinité qu'Allah, le Grand et le Compatissant. Il n'y a de divinité qu'Allah, Seigneur des cieux, de la terre et du Royaume Infini

    Prononcez également sur vous-même la Roqya du Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), en disant:

    O Seigneur des hommes, écarte le mal et délivre-le (de sa maladie), Tu es le guérisseur et il n’y a pas d’autre guérison en dehors de celle que Tu réalises. Une guérison qui n’amène pas d’autre affection

    ainsi que les autres invocations, prières, Roqyas, mentionnés dans le recueil du hadith, et cités par An-Nawwawî dans le livre intitulé "Riyâd As-Sâlihiyyn" ainsi que le livre "Al-Adhkâr". ( Numéro de la partie: 1, Numéro de la page: 298) Quant à ce que vous avez mentionné à propos du hadith du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), concernant l'eau de Zamzam à propos de laquelle le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit:

    Celui qui boit l'eau de Zamzam qu'il y mette une intention

    ce hadith rapporté par 'Ahmad et Ibn Mâdja, d'après Djâbir ibn `Abd-Allah est jugé Hasan (un Hadith dont la chaîne de narration contient un narrateur jugé être d'exactitude faible, mais qui est sans excentricité ou défaut) et il a un sens général.

    Mais il existe aussi un autre hadith, plus authentique dans lequel le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit, à propos de l'eau de Zamzam :

    Elle est bénie et nourrissante et un remède

    rapporté par Mouslim et 'Abou Dâwoud, cette version étant celle d'Abou Dâwoud. Si vous avez besoin de l'eau de Zamzam, vous pouvez demander à l’un des pèlerins de votre pays pour qu'il vous en apporte à son retour de pèlerinage.

    Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

    Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') Membre Vice-président du Comité Président `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Afifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

    copié du site alifta.com

     

    Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ'>Premier groupe>Vingt-sixième volume: (Recueil 3)>

     

    Ecouter de la musique>

    Etre obligé à entendre les chansons interdites

     

     

    La Fatwa numéro ( 4027 )

    Q: Que doit faire celui qui prend un taxi ou la voiture avec son ami où il est obligé à entendre les chansons interdites? Qu'en est-il au sujet de celui qui se rend chez sa famille ou chez ses amis et se trouve contraint à écouter les chansons? Renseignez-nous.

    R: Il vous incombe de conseiller votre compagnon de route de ne plus écouter le chant interdit dans la radio.

    Il se peut qu'il suivrait, louange à Allah, votre conseil et ne plus récidiver. Autrement, vous devez descendre de la voiture et le quitter pour vous préserver d'écouter ce qui est blâmable.

    Il n'y aura pas aucun mal à y rester si vous ne pouvez pas en descendre qu'à grand-peine. Vous devez aussi être de bon conseil envers votre famille et vos amis à ce sujet.

    S'ils tiennent votre conseil, alors louange à Allah; autrement vous devez les abandonner ainsi que les actes blâmables.

    Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons. .

    Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') Membre Membre Vice-président Président `Abd-Allah ibn Qa`oud `Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

    copié du site alifta.com

     

    « »